Une nouvelle ressource lancée à New York aidera les villes à se préparer aux vagues de chaleur – des phénomènes météorologiques extrêmes qui comptent parmi les types de catastrophes naturelles les plus meurtriers au monde.

 

S’exprimant au siège de l’ONU à New York, le Président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Francesco Rocca, a déclaré :

“Les vagues de chaleur sont l’un des risques naturels les plus mortels auxquels l’humanité est confrontée, et la menace qu’elles représentent ne fera que s’aggraver et s’étendre à mesure que la crise climatique continuera. “

“Cependant, la bonne nouvelle, c’est que les vagues de chaleur sont également prévisibles et évitables. Les mesures que les autorités peuvent prendre pour sauver des vies et réduire considérablement les souffrances sont simples et abordables.”

Le nouveau Guide de la canicule pour les villes du Centre climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge offre aux urbanistes et aux autorités municipales un résumé faisant autorité des mesures qu’ils peuvent prendre pour réduire le danger des vagues de chaleur, qui sont définies comme une période de temps où les températures, ou la température en combinaison avec d’autres facteurs, sont exceptionnellement élevées et dangereuses pour la santé et le bien-être humains.

Dix-sept des 18 années les plus chaudes de l’histoire des températures mondiales ont eu lieu depuis 2001. Plusieurs vagues de chaleur graves ont tué des dizaines de milliers de personnes dans le monde au cours de cette période, y compris la canicule de 2015 en Inde qui a tué environ 2 500 personnes, et la canicule de 2003 en Europe qui a fait plus de 70 000 morts.

 Les personnes les plus exposées aux vagues de chaleur sont généralement celles qui présentent des vulnérabilités préexistantes, notamment les personnes âgées, les très jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes souffrant de troubles médicaux et les personnes socialement isolées.

“Les vagues de chaleur sont des tueurs silencieux parce qu’elles tuent des gens qui sont déjà vulnérables “, a dit Rocca. “Il est vital que chacun sache comment s’y préparer et limiter son impact.”

Environ 5 milliards de personnes vivent dans des régions où l’on peut prévoir des chaleurs extrêmes des jours ou des semaines à l’avance.

Parmi les exemples de mesures que les villes peuvent prendre, on peut citer la mise en place de systèmes d’alerte en prévision des périodes de chaleur extrême, le renforcement des systèmes de santé pour réduire le risque d’être submergés pendant une crise de chaleur, la réalisation de campagnes de sensibilisation communautaire, la création de centres de refroidissement et de lignes d’assistance téléphonique pour les personnes vulnérables ayant besoin de soutien et de traitement, et la mise en place de villes et centres urbains “verts”, par exemple, la plantation d’arbres, la protection des espaces verts en plein champ et l’aménagement de zones sans voiture.

L’influence du changement climatique sur les extrêmes de chaleur a de nouveau été évidente en Europe en juin lorsque les villes de l’ouest du continent ont enregistré des températures record – un événement qui, selon les scientifiques, a été rendu au moins cinq fois plus probable par le changement climatique.