Si on changeait l’école ? Quand les élèves passent à l’acte!

Aristote le disait déjà : “Ce que nous devons apprendre à faire, nous l’apprenons en le faisant.” Rebaptisé learning by doing, l’apprentissage par la pratique est devenu une pédagogie à part entière. Exit la seule théorie, place à l’expérimentation. Via, entre autres, la démarche scientifique ou encore… l’entreprise.

Stéphanie Breniaux en est convaincue : “On peut avoir de l’ambition pour tous les élèves si l’on engage ces derniers, si les jeunes sentent qu’ils sont actifs, qu’ils peuvent décider et faire par eux-mêmes.” Et pour cette enseignante à l’école élémentaire Les Rousses dans le Jura, la démarche scientifique représente une valeur ajoutée incontestable.

Transformés en petits chercheurs, ses 25 élèves de CM2 le lui prouvent chaque jour : observation et questionnement, hypothèse, expérimentation, évaluation – “le tout avec un vrai statut donné à l’erreur, vécue non pas comme un échec mais un nouveau départ” : l’investigation scientifique génère motivation, créativité, coopération. Encore plus si les notes anxiogènes sont remplacées, comme le fait leur maîtresse, par une évaluation des compétences.

Cette enseignante qui a toujours travaillé avec ses élèves autour de projets collaboratifs est accompagnée par les Savanturiers. Créé en 2013, ce programme éducatif développé par le Centre de recherches interdisciplinaires (CRI) a pour objectif de former les élèves à la créativité du questionnement, la rigueur de la recherche et la coopération au service de l’intérêt commun. “Sciences exactes mais aussi humaines et sociales, avec un accent particulier mis sur la climatologie”, précise Ange Ansour, responsable de ce programme auquel 70 000 élèves, de la maternelle au lycée, en REP comme en zone rurale, ont déjà participé.

Une démarche scientifique utilisée de façon transversale. Avec La main à la pâte (fondation créée par l’Académie des sciences, les Ecoles normales supérieures de Paris et de Lyon), les élèves de CM1 de l’école Charpak à Nogent-sur-Oise ont ainsi présenté en juin dernier un spectacle, Le secret de la glace, aboutissement du dispositif Sciences en scène mettant en relation les sciences, la littérature et le théâtre.

L'essentiel

Share This